opéra Numéro 173 - Juin - 3
Juin - Semaine 3

Entretien, actus, brèves

Actus / brèves

Actualité - Numéro 173 - Juin - 3

On en parle
Actualité
Bordeaux fête Meyerbeer

C’est l’une des meilleures surprises de ce début d’été ! On vient d’apprendre que Marc Minkowski ouvrirait sa dernière saison à la tête de l’Opéra National de Bordeaux, le 20 septembre prochain, en dirigeant lui-même, dans une mise en espace de Luc Birraux, trois représentations de Robert le Diable, le premier triomphe français de Meyerbeer (Opéra de Paris, 21 novembre 1831). Fleuron du « grand opéra » à la française, l’ouvrage réclame une distribution de tout premier plan. Celle réunie à l’Auditorium de Bordeaux soulève les plus vifs espoirs : John Osborn dans le rôle-titre ; Nicolas Courjal dans le personnage tout aussi essentiel, sinon plus, de Bertram ; Erin Morley en Isabelle ; Amina Edris en Alice.

On en parle
Actualité
Carmen illumine les « Soirées Lyriques » de Sanxay

Fondé en 1999 par Christophe Blugeon, son actuel directeur artistique, le Festival exploite, tous les étés, les formidables possibilités offertes par le théâtre gallo-romain de Sanxay, à trente kilomètres à l’ouest de Poitiers. Les 10, 12 et 14 août prochain, Carmen sera à l’honneur, dans une nouvelle mise en scène de Jean-Christophe Mast, avec l’excellent Roberto Rizzi Brignoli au pupitre. Emmenée par la spectaculaire mezzo géorgienne Ketevan Kemoklidze, la distribution donne envie d’aller à Sanxay, avec notamment la très prometteuse Adriana Gonzalez (Premier prix du Concours « Operalia », en 2019) en Micaëla et l’épatant Florian Sempey en Escamillo.

On en parle
Actualité
La « Nuit verdienne » d’Orange

À l’origine, les Chorégies avaient prévu, le 24 juillet, au Théâtre Antique, une « Nuit italienne », avec les chœurs et l’orchestre de la Scala de Milan, sous la baguette de leur directeur musical, Riccardo Chailly. Quand la Scala a reporté sa venue à l’été 2022, pour cause de pandémie, il a fallu trouver en urgence une solution de remplacement.

Jean-Louis Grinda, directeur des Chorégies, a alors eu l’idée d’inviter trois des chanteurs les plus recherchés du moment, pour un concert d’extraits d’opéras de Verdi. Roberto Alagna, Ludovic Tézier, Ildar Abdrazakov en tête d’affiche : difficile de faire plus prestigieux !

Avec un ténor, un baryton et une basse en vedette, on espère que le programme, en plus des airs attendus du grand public, réservera une place à des pages que l’on entend rarement détachées de leur contexte, comme le duo Posa/Philippe II dans Don Carlos, dans lequel Ludovic Tézier et Ildar Abdrazakov s’étaient affrontés, en 2017, à l’Opéra Bastille.

Rêve ultime : entendre Roberto Alagna et Ludovic Tézier dans l’un des deux grands – et magnifiques – duos entre Henri et Montfort dans Les Vêpres siciliennes. Auront-ils le temps de les apprendre ? On peut craindre que non, mais quel bonheur ce serait d’entendre deux des meilleurs chanteurs français des trente dernières années, dans un opéra conçu par Verdi à l’intention du public parisien !