Rencontres

Alessandro De Marchi

© SCHROTT

Directeur artistique du prestigieux Festival d’Innsbruck depuis neuf ans, le chef principal de l’Academia Montis Regalis sera au pupitre de Didone abbandonata de Mercadante, le 10 août, Claudio Osele prenant la baguette pour La Semele de Hasse, le 25 août.

Comment en êtes-vous venu à prendre la direction artistique du « Festival de Musique ancienne d’Innsbruck » (« Innsbrucker Festwochen der Alten Musik ») ?

J’ai pris mes fonctions en septembre 2009, pour préparer l’édition 2010. Mais j’étais souvent venu au Festival auparavant, en tant que claveciniste, quand René Jacobs occupait le poste qui est aujourd’hui le mien. D’emblée, je me suis inscrit dans sa continuité, avec deux mises en scène d’opéras baroques, insérées dans une programmation extrêmement variée, allant des grandes œuvres aux formats beaucoup plus intimes. La première nouveauté de mon mandat a été la création, en 2011, du Concours « Cesti » (« Cesti-Wettbewerb  »), spécifiquement consacré au répertoire baroque, où les lauréats reçoivent à la fois des prix en euros et des engagements. Tirant son nom de Pietro Antonio Cesti (1623-1669), musicien italien qui fut maître de chapelle à Innsbruck, cette compétition nous permet de programmer un troisième opéra mis en scène, avec les vainqueurs de l’été précédent (« Barockoper : Jung »). Cette année, nous avons choisi Gli amori d’Apollo e di Dafne de Cavalli. Dans la mesure du possible, nous privilégions des titres et/ou des compositeurs relativement connus, pour que nos jeunes aient une chance de rechanter, ailleurs, des rôles qui leur demandent un long travail d’apprentissage. Les lauréats de l’édition 2018 du Concours seront ainsi distribués, l’an prochain, dans Ottone de Haendel.

Quels sont les autres temps forts du Festival 2018 ?

La Semele de Hasse (Naples, 1726) sera donnée en version semi-scénique, résultat du formidable travail conduit par le musicologue et chef Claudio Osele autour des « sérénades », délicieux opéras miniatures rassemblant peu de personnages, mais à l’écriture vocale et orchestrale virtuose. Il y aura également la redécouverte de Didone abbandonata de Mercadante (Turin, 1823), sur un célèbre livret de Pietro Metastasio régulièrement mis en musique au cours du XVIIIe siècle, que je dirigerai moi-même. Les festivals de musique ancienne se multipliant un peu partout, j’ai voulu innover en explorant des répertoires postérieurs, avec des opéras encore inscrits dans l’esthétique baroque, auxquels un orchestre historiquement informé peut apporter beaucoup, en termes de couleurs et de style d’exécution (coups d’archets, contrôle du vibrato, phrasés…). Ainsi, ces dernières années, de La clemenza di Tito de Mozart, dans une rare version datant du début du XIXe siècle, comprenant des musiques nouvelles, et d’Il matrimonio segreto de Cimarosa.

Lire la suite dans Opéra Magazine numéro 141