• Entretien
    Emiliano Gonzalez Toro

    Lire l'article

    Le 2 octobre, Naïve publie l’intégrale de L’Orfeo de Monteverdi, dans laquelle le ténor, né en Suisse de parents chiliens, incarne le rôle-titre, tout en dirigeant son ensemble I Gemelli, expressément fondé dans la perspective de cet enregistrement. Un jalon essentiel dans la carrière d’un chanteur-acteur protéiforme, aussi époustouflant dans l’oratorio et le madrigal que dans l’opéra, et capable de couvrir un immense répertoire, de Jacopo Peri à la chanson sud-américaine. Après la sortie du disque, Emiliano Gonzalez Toro sera à l’Arsenal de Metz, le 14 octobre, puis à l’Opéra Royal de Versailles, le 9 décembre, pour présenter cette version du chef-d’œuvre montéverdien, proposée pour la première fois au public, en mai 2019, au Théâtre des Champs-Élysées.

    ..+
    © MICHEL NOVAK
  • Rencontres
    Tassis Christoyannis

    Lire l'article

    Alors que vient de sortir, sous étiquette Palazzetto Bru Zane, l’intégrale du Timbre d’argent de Saint-Saëns, dans laquelle il incarne Spiridion, l’éclectique baryton grec s’exprime sur sa prochaine prise de rôle : Idoménée de Campra, à l’Opéra de Lille, le 3 octobre.

    ..+
    © CYRIL COSSON
  • Rencontres
    Diego Fasolis

    Lire l'article

    Le 23 octobre, à Angers, le 29 novembre, à Rennes, et le 13 décembre, à Nantes, le chef suisse dirige une nouvelle production d’Iphigénie en Tauride, signée Julien Ostini, avec, pour particularité, l’absence d’instruments anciens, comme ceux de son ensemble I Barocchisti.

    ..+
    © CYRIL COSSON
  • Rencontres
    Catherine Hunold

    Lire l'article

    À l’affiche de l’Opéra de Rouen Normandie, jusqu’au 3 octobre, en Elisabeth et Venus dans Tannhäuser, la soprano française enchaînera aussitôt avec la fascinante Pénélope de Fauré, en concert, au Théâtre du Capitole de Toulouse, le 23 octobre.

    ..+
    © CYRIL COSSON
  • Jeune talent
    Fatma Said

    Lire l'article

    Le 16 octobre,Warner Classics publie le premier récital discographique de la jeune soprano égyptienne, dont la carrière internationale est aujourd’hui en plein essor. Intitulé El Nour (La Lumière), il mêle musiques arabes et compositeurs français et espagnols inspirés par l’Orient.

    ..+
    © IRINA LITVINENKO
  • Événement
    L’éternel retour de Pénélope

    Lire l'article

    Depuis sa création, en 1913, l’unique opéra de Gabriel Fauré offre le prototype du chef-d’œuvre jamais complètement tombé dans l’oubli, mais incapable de s’inscrire durablement au répertoire, malgré les efforts d’ambassadrices aussi prestigieuses que Lucienne Bréval, Germaine Lubin, Régine Crespin ou Jessye Norman. Son retour au Théâtre du Capitole de Toulouse, le 23 octobre, dans une inattendue « version originale pour piano », avec Anne Le Bozec à la direction musicale et Catherine Hunold dans le rôle-titre, est l’occasion de revenir sur cette partition inclassable, et de s’attarder sur les vicissitudes de l’épouse d’Ulysse dans d’autres formes d’expression artistique.

    ..+
    © DR
  • Anniversaire
    Fedora Barbieri

    Lire l'article

    Le 4 juin dernier, la torrentueuse mezzo italienne, disparue en 2003, aurait eu 100 ans. Même si elle a abordé de multiples rôles en soixante années de carrière, Fedora Barbieri demeure avant tout, dans la mémoire des mélomanes, une chanteuse verdienne, que le disque de studio a beaucoup sollicitée dans les années 1950. Qui n’a pas, dans sa discothèque, ses intégrales d’Il trovatore et d’Aida, avec Zinka Milanov et Maria Callas, d’Un ballo in maschera, encore avec Callas, sans parler de cet inimitable Falstaff, avec Tito Gobbi, sous la baguette d’Herbert von Karajan ? Autant de références qui assurent à Fedora Barbieri, pourtant loin d’être irréprochable, une gloire éternelle.

    ..+
    © THE METROPOLITAN OPERA ARCHIVES
  • In Memoriam
    Christiane Eda-Pierre 1932-2020

    Lire l'article

    Disparue le 6 septembre dernier, à l’âge de 88 ans, la soprano française laisse le souvenir d’une artiste vibrante, engagée, et techniquement affûtée, dont le disque a heureusement préservé quelques incarnations majeures, dans Mozart comme dans l’opéra du XXe siècle.

    ..+
    © MICHEL PETIT

Entretien

Numéro 165

Emiliano Gonzalez Toro

Le 2 octobre, Naïve publie l’intégrale de L’Orfeo de Monteverdi, dans laquelle le ténor, né en Suisse de parents chiliens, incarne le rôle-titre, tout en dirigeant son ensemble I Gemelli, expressément fondé dans la ..

Lire l'article
prochain numéro

Octobre 2020

Numéro 165

Sortie depuis le
01 octobre 2020

Sommaire En commande
magazine opéra
Opéra magazine Octobre 2020

Sommaire

Numéro 165


+
Entretien
Emiliano Gonzalez Toro

Le 2 octobre, Naïve publie l’intégrale de L’Orfeo de Monteverdi, dans laquelle le ténor, né en Suisse de parents chiliens, incarne le rôle-titre, tout en dirigeant son ensemble I Gemelli, expressément fondé dans la perspective de cet enregistrement. Un jalon essentiel dans la carrière d’un chanteur-acteur protéiforme, aussi époustouflant dans l’oratorio et le madrigal que dans l’opéra, et capable de couvrir un immense répertoire, de Jacopo Peri à la chanson sud-américaine. Après la sortie du disque, Emiliano Gonzalez Toro sera à l’Arsenal de Metz, le 14 octobre, puis à l’Opéra Royal de Versailles, le 9 décembre, pour présenter cette version du chef-d’œuvre montéverdien, proposée pour la première fois au public, en mai 2019, au Théâtre des Champs-Élysées.

..





+
Événement
L’éternel retour de Pénélope

Depuis sa création, en 1913, l’unique opéra de Gabriel Fauré offre le prototype du chef-d’œuvre jamais complètement tombé dans l’oubli, mais incapable de s’inscrire durablement au répertoire, malgré les efforts d’ambassadrices aussi prestigieuses que Lucienne Bréval, Germaine Lubin, Régine Crespin ou Jessye Norman. Son retour au Théâtre du Capitole de Toulouse, le 23 octobre, dans une inattendue « version originale pour piano », avec Anne Le Bozec à la direction musicale et Catherine Hunold dans le rôle-titre, est l’occasion de revenir sur cette partition inclassable, et de s’attarder sur les vicissitudes de l’épouse d’Ulysse dans d’autres formes d’expression artistique.

..

+
Anniversaire
Fedora Barbieri

Le 4 juin dernier, la torrentueuse mezzo italienne, disparue en 2003, aurait eu 100 ans. Même si elle a abordé de multiples rôles en soixante années de carrière, Fedora Barbieri demeure avant tout, dans la mémoire des mélomanes, une chanteuse verdienne, que le disque de studio a beaucoup sollicitée dans les années 1950. Qui n’a pas, dans sa discothèque, ses intégrales d’Il trovatore et d’Aida, avec Zinka Milanov et Maria Callas, d’Un ballo in maschera, encore avec Callas, sans parler de cet inimitable Falstaff, avec Tito Gobbi, sous la baguette d’Herbert von Karajan ? Autant de références qui assurent à Fedora Barbieri, pourtant loin d’être irréprochable, une gloire éternelle.

..