• Entretien
    Pablo Heras-Casado

    Lire l'article

    Actuellement à Madrid, pour diriger une reprise de Siegfried, dans la mise en scène de Robert Carsen, dont les représentations s’étalent jusqu’au 14 mars, le chef espagnol, « principal chef invité » du Teatro Real, prépare d’ores et déjà sa prochaine apparition en fosse : L’incoronazione di Poppea, au Staatsoper de Vienne, à partir du 22 mai. Parallèlement, sa discographie symphonique s’enrichit : Le Sacre du printemps, le 9 avril, puis une intégrale des Symphonies de Schumann, le 18 juin, chez Harmonia Mundi. Une actualité qui donne à Pablo Heras-Casado l’occasion de faire le point sur la vie dans les théâtres lyriques en pleine crise sanitaire et de délivrer un message d’espoir, tout en ouvrant de passionnantes réflexions sur la manière d’aborder des compositeurs a priori aussi éloignés l’un de l’autre que Wagner et Monteverdi.

    ..+
    © JIYANG CHEN
  • Anniversaire
    Enrico Caruso : Les 100 ans d’un mythe

    Lire l'article

    Le 2 août 1921, dans un hôtel de Naples, s’éteignait le plus grand ténor, voire le plus grand chanteur, du XXe siècle, né quarante-huit ans plus tôt, dans la même ville. Pour ce fils d’ouvrier devenu millionnaire, incarnation d’un certain « rêve américain », l’Italie n’était plus, depuis longtemps, qu’une terre de villégiature. C’est essentiellement de l’autre côté de l’Atlantique qu’Enrico Caruso, principale vedette du Metropolitan Opera de New York depuis ses débuts in loco, en 1903, conduisait sa carrière et construisait son mythe, avec le précieux concours de deux industries alors balbutiantes : les relations publiques et le disque. Impossible, pour autant, d’oublier le rôle joué par l’artiste, entre 1897 et 1902, à Milan, dans la défense des compositeurs de la « Jeune École », avec les créations de L’Arlesiana et Adriana Lecouvreur de Cilea, Fedora de Giordano, Le maschere de Mascagni et Germania de Franchetti. Par-delà ces titres de gloire, en quoi Enrico Caruso était-il un chanteur d’exception ? Quels étaient, sur le plan vocal, ses atouts et ses éventuelles faiblesses ? Sur quelles bases son art reposait-il ? Jean Cabourg part en quête de réponses pour Opéra Magazine.

    ..+
    © THE METROPOLITAN OPERA ARCHIVES
  • Centenaire Saint-Saëns
    Algérie ! Ô ma patrie !

    Lire l'article

    Disparu à Alger, le 16 décembre 1921, Camille Saint-Saëns entretenait avec cette ville et, plus généralement, le pays dont elle est aujourd’hui la capitale, une étroite relation affective. Pendant près de cinquante ans, il s’est rendu à dix-neuf reprises dans ce qui était alors une colonie française, divisée en trois départements : Alger, Constantine et Oran. Par quoi était-il attiré ? Quelle a été l’influence de ces séjours sur sa production artistique ? Pour quelle raison d’autres musiciens, peintres, sculpteurs ou écrivains ont-ils témoigné d’une fascination identique pour cette terre de contrastes, au cœur du Maghreb ? Autant de questions auxquelles Pierre Cadars apporte des réponses pour Opéra Magazine.

    ..+
    © DR
  • Jeune talent
    Edwin Fardini

    Lire l'article

    Alors que les auditions ont commencé pour la 4e édition du Concours « Voix des Outre-Mer », fondé par Fabrice di Falco, le baryton d’origine martiniquaise, couronné le 22 janvier dernier, à l’Amphithéâtre Bastille, a d’ores et déjà démarré, à 25 ans, une prometteuse carrière.

    ..+
    © PASCAL ITO – ADAMI

Entretien

Numéro 170

Pablo Heras-Casado

Actuellement à Madrid, pour diriger une reprise de Siegfried, dans la mise en scène de Robert Carsen, dont les représentations s’étalent jusqu’au 14 mars, le chef espagnol, « principal chef invité » du Teatro Real, prépare ..

Lire l'article
prochain numéro

Mars 2021

Numéro 170

Sortie depuis le
04 mars 2021

Sommaire En commande
magazine opéra
Opéra magazine Mars 2021

Sommaire

Numéro 170


+
Entretien
Pablo Heras-Casado

Actuellement à Madrid, pour diriger une reprise de Siegfried, dans la mise en scène de Robert Carsen, dont les représentations s’étalent jusqu’au 14 mars, le chef espagnol, « principal chef invité » du Teatro Real, prépare d’ores et déjà sa prochaine apparition en fosse : L’incoronazione di Poppea, au Staatsoper de Vienne, à partir du 22 mai. Parallèlement, sa discographie symphonique s’enrichit : Le Sacre du printemps, le 9 avril, puis une intégrale des Symphonies de Schumann, le 18 juin, chez Harmonia Mundi. Une actualité qui donne à Pablo Heras-Casado l’occasion de faire le point sur la vie dans les théâtres lyriques en pleine crise sanitaire et de délivrer un message d’espoir, tout en ouvrant de passionnantes réflexions sur la manière d’aborder des compositeurs a priori aussi éloignés l’un de l’autre que Wagner et Monteverdi.

..

+
Anniversaire
Enrico Caruso : Les 100 ans d’un mythe

Le 2 août 1921, dans un hôtel de Naples, s’éteignait le plus grand ténor, voire le plus grand chanteur, du XXe siècle, né quarante-huit ans plus tôt, dans la même ville. Pour ce fils d’ouvrier devenu millionnaire, incarnation d’un certain « rêve américain », l’Italie n’était plus, depuis longtemps, qu’une terre de villégiature. C’est essentiellement de l’autre côté de l’Atlantique qu’Enrico Caruso, principale vedette du Metropolitan Opera de New York depuis ses débuts in loco, en 1903, conduisait sa carrière et construisait son mythe, avec le précieux concours de deux industries alors balbutiantes : les relations publiques et le disque. Impossible, pour autant, d’oublier le rôle joué par l’artiste, entre 1897 et 1902, à Milan, dans la défense des compositeurs de la « Jeune École », avec les créations de L’Arlesiana et Adriana Lecouvreur de Cilea, Fedora de Giordano, Le maschere de Mascagni et Germania de Franchetti. Par-delà ces titres de gloire, en quoi Enrico Caruso était-il un chanteur d’exception ? Quels étaient, sur le plan vocal, ses atouts et ses éventuelles faiblesses ? Sur quelles bases son art reposait-il ? Jean Cabourg part en quête de réponses pour Opéra Magazine.

..

+
Centenaire Saint-Saëns
Algérie ! Ô ma patrie !

Disparu à Alger, le 16 décembre 1921, Camille Saint-Saëns entretenait avec cette ville et, plus généralement, le pays dont elle est aujourd’hui la capitale, une étroite relation affective. Pendant près de cinquante ans, il s’est rendu à dix-neuf reprises dans ce qui était alors une colonie française, divisée en trois départements : Alger, Constantine et Oran. Par quoi était-il attiré ? Quelle a été l’influence de ces séjours sur sa production artistique ? Pour quelle raison d’autres musiciens, peintres, sculpteurs ou écrivains ont-ils témoigné d’une fascination identique pour cette terre de contrastes, au cœur du Maghreb ? Autant de questions auxquelles Pierre Cadars apporte des réponses pour Opéra Magazine.

..