Rencontres

Richard Plaza

dsc_1648
© DR

En trois ans, la série de récitals organisée par l’association « L’Instant Lyrique », à Éléphant Paname, dans le 2e arrondissement, s’est imposée comme un rendez-vous incontournable pour les amateurs de voix. Prochain temps fort de la saison 2016-2017 : Patrizia Ciofi, le 30 janvier.

« L’Instant Lyrique » a été créé en 2013, sous la forme d’une association régie par la loi de 1901, et a commencé en octobre dernier sa quatrième saison. Richard Plaza en est le directeur artistique ; Sophie de Ségur et Julien Benhamou, aujourd’hui directeur du casting à l’Opéra National de Bordeaux, les conseillers.

« Au départ, raconte Richard Plaza, nous avions juste l’idée d’organiser une série de concerts dans un cadre intime, peut-être pour faire revivre l’esprit des salons. Beaucoup de chanteurs ont quelque chose à dire, mais n’ont pas de lieu pour le faire ; les salles -parisiennes les plus connues sont de vastes dimensions et difficiles à remplir avec un récital, sauf si l’on a les moyens d’inviter une superstar comme Jonas Kaufmann, ce que, malheureusement, nos finances ne nous permettent pas. Karine Deshayes a accepté d’être notre marraine et a inauguré nos manifestations qui, au départ, étaient accueillies au Burgundy, rue Duphot – nous souhaitions un emplacement accessible et central. Le concert était précédé d’une coupe de champagne et suivi d’un dîner. Nous n’avons, hélas, pas pu poursuivre nos activités dans cet endroit. Nous avons alors trouvé Éléphant Paname, rue Volney, tout aussi prestigieux. »

Éléphant Paname, c’est un lieu unique au cœur de Paris : un hôtel particulier construit sous le Second Empire, entièrement et magnifiquement restauré par la volonté de Fanny Fiat et son frère Laurent, une ancienne danseuse de l’Opéra et un peintre. Ce Centre d’Art et de Danse, comme il s’intitule, abrite des studios, des expositions, ainsi qu’un restaurant.

« La jauge de la salle, environ 120 personnes, permet une relation de proximité avec les artistes qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Les mélomanes qui assistent à la soirée prennent d’abord une coupe de champagne dans les salons, puis sont conviés au récital, donné dans le foyer ou dans la magnifique salle du Dôme, superbe et mystérieuse. »

Lire la suite dans Opéra Magazine numéro 124