Rencontres

Marc Voinchet

VOINCHET _ABR8714 compress
© RADIO FRANCE/CHRISTOPHE ABRAMOWITZ

Depuis le 29 août, les auditeurs de France Musique ont l’occasion de découvrir la grille de rentrée de la chaîne musicale du groupe Radio France. Elle a été élaborée par son nouveau directeur, entré en fonctions il y a tout juste un an, qui s’explique sur ses priorités.

« Exigeant mais décontracté » : en 2013, Les Inrockuptibles qualifiaient ainsi Marc Voinchet, qui officiait alors aux Matins de France Culture. À la rentrée 2015, toujours aussi exigeant et décontracté, ce fan de Frank Sinatra (entre autres) a été nommé directeur de France Musique, une chaîne qu’il connaît bien pour avoir été, de septembre 2007 à juin 2009, directeur adjoint en charge des programmes.

France Musique a connu des heures sombres. Appartiennent-elles au passé ? « Notre taux d’audience en France est actuellement stabilisé à 1.6 et, en Île-de-France, il a même atteint une pointe de 2.3. Cela ne peut que nous encourager. C’est vrai que notre auditoire est relativement âgé, mais il commence à rajeunir. Je n’ai pas envie de faire du jeunisme à deux sous. L’important, ce n’est pas une question d’âge mais de fidélisation. Je suis persuadé que notre réserve d’auditeurs est énorme et que, si nous arrivons à séduire des personnes de 30 ou 40 ans, nous les garderons longtemps. Tant mieux, puisque l’espérance de vie est de plus en plus longue. L’auditeur que nous voulons faire venir davantage et revenir, c’est celui qui nous écoute un quart d’heure une fois par semaine. »

Avec Marc Voinchet, pas de langue de bois ni d’effet de manche, mais un humour décapant – on lui doit, sur les affiches du programme d’été, la présence du Chat de Philippe Geluck –, et une réflexion qui s’appuie sur des bases solides et évidentes : plutôt que de se lancer dans des nouveautés hasardeuses, mieux vaut retravailler les fondamentaux de la chaîne, ce que va proposer une grille de rentrée qui n’est pas agitée par de grands bouleversements.

« Il fallait donner à cette grille une lisibilité encore plus grande, faire en sorte que les rendez-vous qu’elle propose soient très rapidement identifiables. C’est ce qui va se passer, par exemple, pour le jazz, qui sera présent du lundi au samedi de 18 h à 20 h. La démarche a été identique pour l’opéra. Le samedi soir, les gens sortent, le dimanche après-midi aussi. Le dimanche soir, en revanche, ils restent davantage chez eux, c’est une soirée que l’on pourrait dire de transition. Nous avons donc pensé que le moment était idéal pour une grande tranche lyrique, de 20 h à minuit ; nous n’aurons aucune concurrence, même pas celle des salles d’opéra, puisqu’elles sont fermées à cette heure. Les producteurs seront les mêmes : Judith Chaine, qui retrouvera sa Soirée Lyrique, et Stéphane Grant, qui animera son très demandé Lirico Spinto. »

Lire la suite dans Opéra Magazine numéro 120