Jeune talent

Chiara Skerath

SKERATH_copyright_Capucine_de_Chocqueuse_2016_4 Credit Capucine de Chocqueuse
© CAPUCINE DE CHOCQUEUSE

La soprano belgo-suisse, qui vient d’achever à l’Opéra Royal de Versailles la tournée européenne du Lucio Silla dirigé par Laurence Equilbey, abordera Zerlina dans Don Giovanni au Théâtre Royal de Drottningholm, le 13 août prochain, avec Marc Minkowski au pupitre.

Avec Chiara Skerath, l’exercice de l’interview se transforme, en quelques minutes, en discussion entre copines. La jeune soprano belgo-suisse ne se contente pas de répondre aux questions. Curieuse, elle interroge et s’intéresse sincèrement à son interlocuteur. L’entretien devient donc échange et montre toute la générosité et la joie d’une musicienne épanouie.

Née à Louvain, d’un père flamand et d’une mère suisse italienne, la petite fille grandit en Belgique. Ses parents étant mélomanes, ses jeunes années sont bercées par l’opéra, que ce soit au sein du foyer ou à la Monnaie de Bruxelles, où la famille se rend régulièrement. Très tôt, la fillette se prend donc de passion pour l’art lyrique et entonne la « Mort d’Isolde » alors qu’elle est haute comme trois pommes.

Cette inclination artistique est entretenue pendant sa scolarité, puisque Chiara Skerath intègre une école Steiner, où la créativité des enfants est stimulée grâce au théâtre, à la calligraphie, aux langues ou même à la ferronnerie ! Parallèlement, la musicienne en herbe commence le violon, vers l’âge de 7 ans. « J’aimais bien cet instrument mais je préférais le chant », souligne-t-elle. Elle tiendra toutefois l’archet pendant dix ans et s’appuiera plus tard sur la maîtrise du solfège acquise pendant cet apprentissage.

Lire la suite dans Opéra Magazine numéro 118